Catégories

Allô Centrale

Allô Centrale #41

La plus belle chose, c'est d'embrasser une banshee en juillet au pays du malheur
Disponible depuis le

La culture, c’est comme la confiture : ça se partage ! Alexleserveur et Luxbox vous emmènent au QG de RadioKawa pour parler d’une série sans fantômes mais avec un shérif, d’un livre qui ne va peut-être pas vous donner la pêche et d’un groupe qui a trouvé son nom sur un calendrier !

  • Série : Banshee, par Neithan
  • Pause musicale : I kissed a girl, de Katy Perry
  • Littérature : Pays de malheur !, par Shikamarrant
  • Pause musicale : Più bella cosa, d’Eros Ramazzotti
  • Musique : July Talk, par Toma
Une émission de : Alexleserveur, LuxBox
Un mot sur l'émission
Allô Centrale est là pour partager tous les coups de coeur des chroniqueurs et vous permettre de découvrir sans cesse de nouvelles oeuvres, de nouveaux artistes et de nouvelles adresses. La culture pour tous, en toute simplicité ! En direct un mardi sur deux.

Suivez l'actualité de Allô Centrale
sur Twitter
 ou 
sur Facebook
Les épisodes

Commentaires

    Super découverte July Talk, je connaissais pas du tout et j’accroche beaucoup.
    Et la chronique de Shika m’a rappelé que j’avais lu un bouquin de Stéphane Beaud (que j’avais bien aimé d’ailleurs) quand j’étais en fac de droit / sciences sociales, ça m’a fait un petit retour vers le passé d’il y a cinq ans, c’était sympa.

      Shikamarrant

      Coucou ! Merci d’avoir écouté !
      Par curiosité, quel bouquin de Beaud as-tu lu ? 🙂 Je serais ravi de savoir !

        Eh ben de mémoire il me semble que c’était 80% au bac et après ? (après vérification je reconnais la couverture, c’est bien lui monsieur l’agent). Je me souviens qu’il était allé interroger genre cinq jeunes dans des lycées dans des quartiers un peu défavorisés, et qu’il les avait re-rencontrés genre cinq ou dix ans après pour faire le bilan. Mes souvenirs sont très vagues mais je me souviens que c’était globalement un livre vraiment instructif qui passait le balai sur pas mal de préconceptions qu’on pouvait avoir sur les perspectives des jeunes qui sortent de ce genre de bahuts.