RadioKawa

Catégories

Comics Outcast

Comics Outcast #60

Vite ! Au passage clouté !
Disponible depuis le

Dans ce soixantième épisode, Ben, Zeph et Joe vous présentent Faith, Jupiter’s Legacy et Deathstroke (Rebirth), le focus sera consacré à Seven Soldiers of Victory de Grant Morrison et enfin ils ont visionné Batman: Return of the Caped Crusaders.

CO060

Faith vol.1 Hollywood and Vine #001-4
Écriture / Jody Houser
Illustration / Francis Portela + Marguerite Sauvage
Parution / janvier 2016
Éditeur / Valiant Comics

60 Faith

Jupiter’s Legacy vol. 1 #001-5
Écriture / Mark Millar
Illustration / Frank Quitely
Parution / 2013-2016
Éditeur / Image Comics

60 Jupiter's Legacy

Deathstroke: Rebirth #001 + Deathstroke (DC Rebirth) #001 #002 #003
Écriture / Christopher Priest
Illustration / Carlo Pagulayan + Jason Paz
Parution / août 2016
Éditeur / DC Comics

60 Deathstroke

Batman: Return of the Caped Crusaders / Le Retour des justiciers masqués
Réalisation / Rick Morales
Production / DC Entertainment + Warner Bros. Animation
Distribution / Adam West + Burt Ward + Julie Newmar
Parution / novembre 2016
Plateformes / DVD + Blu-ray + iTunes + Google Play

60 Batman

Seven Soldiers of Victory
Écriture / Grant Morrison
Illustration / J. H. Williams III + Yanick Paquette + Cameron Stewart…
Parution / 2005-2006
Éditeur / DC Comics

 

Une émission de : Éric, Joe, Zephiriel
Un mot sur l'émission
Dans cette heure dédiée aux comics, Éric et ses chroniqueurs échangent autour de leurs lectures, vous font découvrir des auteurs, des illustrateurs, des éditeurs, et s'aventurent sur les adaptations de ces univers à la télé, au ciné, les jeux ou les expos. Publié un lundi sur deux.

Suivez l'actualité de Comics Outcast
sur Twitter
 ou 
sur Facebook
Les épisodes

Commentaires

    gordien

    J’ai lu Seven soldiers of victory il y a quelques mois et j’ai adoré. Je suis un noob en matière de comics (un peu moins depuis que je vous écoute) mais Morrisson, j’adore même si j’ai pas forcément toutes les références.
    À quand un focus sur son Animal Man de ouf ?

    Skiski

    Pour Morrison, c’est de The Invisibles qu’il faudrait parler. Comics complètement fou, avec tout ce qu’on aime chez Morrison. Il y a même une scène où le héro, qui lui ressemble beaucoup se fait torturer et où il dit être un simple scénariste et qu’on lui demande des choses sur ses créations. Et quand on sait que la série est sortie avant Matrix, on ne peut que remarquer des similarités troublantes entre les deux…

    Sinon pour Deathstrock, je n’ai pas encore lu (je n’ai pas lu un comics DC depuis Flashpoint…), mais j’adore Priest. Je ne sais pas ce que vaut le comics, mais ce que vous décrivez correspond bien à sa façon d’écrire. Il ne raconte quasiment jamais les comics de façon linéaire. Il a dû être très inspiré par Pulp Fiction. Le top de ce qu’il a pu faire, c’est Black Panther. La première page, c’est un type (un croisement entre Michael J Fox période Spin City et Chandler de Friends) en caleçon, sur des toilettes avec un pistolet pointé sur un rat. Et l’explication de cette scène n’arrive que 5 ou 6 épisodes plus tard.

    Dans Black Panther, c’est justement ce perso qui raconte l’histoire. À la base, Priest n’était pas super chaud de faire un comics sur un perso noir, entouré de noirs, qui se passe à Harlem. Il ne voulait pas faire un comics pour noirs. Et il a eu l’idée de mettre ce perso blanc, bourgeois et avec plein de préjugés débiles, et qui se retrouve au milieu de cette histoire qui le dépasse complètement. Et c’est absolument génial.

    Ce qui est drôle c’est que dans les premiers arcs il raconte l’histoire à sa fiancée (qui est aussi son boss) qui passe son temps à lui dire qu’elle ne comprend rien et à lui reprocher de ne pas pouvoir raconter une histoire de façon claire.

    Priest a aussi fait Quantum & Woody, chez Acclaim/Valiant, et qui est très drôle aussi. C’est Woody Harrelson et Eriq la Salle (Benton dans Urgence) qui sont des super héros. Juste pour vous vendre le truc, ils ont une chèvre masquée qui se téléporte. Et dans une scène, un méchant échange leurs corps et les met dans une cage. Priest s’amuse à imaginer le moment où ils auront inévitablement envie d’uriner. C’est énorme.

    Il a aussi fait les très sympa The Crew, Captain America & The Falcon et The Truth, sur les vraies origines de Captain America.

    Il s’était retiré des comics depuis presque 10 ans et vient enfin de revenir.

    Pour Seven Soldiers, je les avais lu à leur sortie. Ils sortaient par vagues. Du genre, un mois le numéro 1 de certaines séries, avec les numéros suivant chaque mois. Le mois suivant, d’autres nouvelles séries sortaient et ainsi de suite. Et il me semble qu’il y a eu des retards, mais rien de dramatique. Et oui c’est génial, même si c’était dur de voir les liens entre les séries en les lisant au fur et à mesure de leurs parutions. Vous m’avez donné envie de le relire.

    Et pour Jupiter’s Legacy, je suis d’accord sur le fait que j’ai l’impression qu’il est en train de bâcler son histoire. Je n’ai pas encore lu le dernier épisode mais après avoir lu le 4, je ne vois pas comment conclure tout ça en 1 épisode. C’est dommage parce qu’il prenait plus son temps dans Jupiter’s Circle qui est assez sympa. Mais c’est vrai que les dessins de Quietly sont tellement extraordinaires qu’ils font passer la pilule. Vraiment, quel génie. Vivement qu’il rebosse avec Morrison, parce que tous les deux réunis, ils font toujours des choses incroyables.

    En tout cas merci pour cette émission, comme les autres, toujours très sympas.

    Skiski

    Skiski

    Je viens de trouver une interview où Morrison parle de Seven Soldiers mais aussi réagit à Matrix.

    https://www.suicidegirls.com/girls/anderswolleck/blog/2679166/grant-morrison/

    Le passage sur Matrix :

    DRE: This may be old news but was the controversy over The Matrix films being like The Invisibles blown out of proportion?

    GM: It’s really simple. The truth of that one is that design staff on The Matrix were given Invisibles collections and told to make the movie look like my books. This is a reported fact. The Wachowskis are comic book creators and fans and were fans of my work, so it’s hardly surprising. I was even contacted before the first Matrix movie was released and asked if I would contribute a story to the website.

    It’s not some baffling ‘coincidence’ that so much of The Matrix is plot by plot, detail by detail, image by image, lifted from Invisibles so there shouldn’t be much controversy. The Wachowskis nicked The Invisibles and everyone in the know is well aware of this fact but of course they’re unlikely to come out and say it.

    It was just too bad they deviated so far from the Invisibles philosophical template in the second and third movies because they blundered helplessly into boring Catholic theology, proving that they hadn’t HAD the ‘contact’ experience that drove The Invisibles, and they wrecked both
    ‘Reloaded’ and ‘Revolutions’ on the rocks of absolute incomprehension. They should have kept on stealing from me and maybe they would have wound up with something to really be proud of – a movie that could change minds and hearts and worlds.

    I love the first Matrix movie which I think is a real work of cinematic genius and very timely but I’ve now heard from several people who worked on The Matrix and they’ve all confirmed that they were given Invisibles books as reference. That’s how it is. I’m not angry about it anymore, although at one time I was because they made millions from what was basically a Xerox of my work and to be honest, I would be happy with just one million so I didn’t have to work thirteen hours of every fucking day, including weekends.

    In the end, I was glad they got the ideas out but very disappointed that they blew it so badly and distorted all the Gnostic transcendental aspects that made the first film so strong and potent. If they had any sense, they would have befriended me instead of pissing me off. They seem like nice boys.

    Bonne émission, comme toujours 😉

    Si ce n’est déjà fait, je vous conseille de lire Scarlet de Bendis,
    C’est couillu, ça pose des questions, et ça n’a pas peur d’aller (trop ?) loin.