Catégories

Getting To Know You

Getting To Know You #24
Niquer la formule

Disponible depuis le

Ni une ni deux, Aïcha et Yann ont décidé de niquer la formule. Non contents de sortir un épisode d’une heure trente après trois mois d’absence, ils osent trahir le format de l’émission – juste pour cette fois – et publier l’épisode sans aucune coupure intermédiaire.

Parmi les sujets évoqués dans cet épisode : l’importance malsaine d’une seule pièce (la chambre ou le studio) dans la vie des jeunes, les drogues, et une tentative de conversation sur la saison 21 de South Park qui dérive sur strictement autre chose.

Une émission de : Aïcha, Yann (InkS)
Informations complémentaires

Voir les intermèdes

  • Love Lust - King Charles
  • Creature Comfort - Arcade Fire

Un mot sur l'émission
D'épisode en épisode, Aïcha et Yann apprennent à se connaître en se racontant leurs histoires. Getting To Know You mêle anecdotes subjectives et parenthèses musicales.

Suivez l'actualité de Getting To Know You
sur Twitter
 ou 
sur Facebook
Les épisodes

Commentaires

    Dactylo

    « On ne peut pas faire confiance aux femmes battues concernant le comportement de leur compagnon. »

    C’était probablement pas voulu, mais c’est vraiment mal formulé. Oui, des femmes qui vivent des situations de violence retournent avec leur conjoint. Oui, certaines vont retirer leur déposition à l’encontre d’un mari auteur de violences. Ou d’autres comme Madonna vont nier leur témoignage. Encore qu’elle, elle a les ressources pour partir et être indépendante si cela devait s’avérer nécessaire. Ce qui n’est pas le cas de bon nombre de personnes qui vivent des trajectoires de violences.

    À vouloir se payer la tête de l’auteur de violence, il faudrait peut-être éviter ce genre de condescendance envers les personnes qui sont directement aux prises de ce genre de problèmes. Surtout quand l’enjeu est spécialement la question de l’empowerment de ces femmes. Car s’il y a des évolutions positives dans le domaine (plus d’informations sur leurs possibilités et les aides auxquelles elles peuvent faire appel, meilleure formation des forces de l’ordre à ce genre de situation, etc.), la dernière chose à faire c’est bien d’enlever la légitimité de leur discours « vu qu’on ne peut pas leur faire confiance ». Si cet argument marche dans un sens, il marche dans l’autre et discrédite des décennies de combat en la matière.

    Bref, vous ne pensiez sûrement pas à mal, mais le passage m’a surprise.

      Iris

      Effectivement, je me souviens pas avoir dit ça et vu le sujet c’était certainement moi, et c’est TRES mal formulé. Merci de l’avoir relevé ! Désolée.