Catégories

Lag à Part

Lag à Part #16

The Fast and the FPS
Disponible depuis le

Le printemps montre enfin ses beaux jours, c’est donc l’occasion d’en profiter à l’ombre d’un arbre, en écoutant Lag à Part. En tout cas, nous, c’est ce qu’on va faire.

« Culture de gamer » par Bat : On entend souvent parler de game design, lorsqu’on parle des différentes étapes de la création d’un jeu vidéo, ou encore de ses qualités et de ses défauts. Pourtant, ce mot est aussi souvent mal utilisé et ça, Bat, il voulait que ça change. Il est donc allé interroger Khao, un game designer qui travaille en ce moment sur le projet Last Fight, pour lui demander ce que c’était, en vrai, un game designer.

« Seul contre tous » par Oni : Ce mois-ci, Oni a fait une plongée fantastique dans le monde merveilleux des prothèses mammaires et des petites culottes, pour se poser la question cruciale : les joueurs sont des obsédés sexuels ? Et pourquoi ? Oui, ça fait deux questions, mais il fallait bien ça à Oni pour décortiquer un phénomène plus complexe qu’il n’y paraît.

« L’instant Fred & Jamie » par Nyöw : On entend souvent parler des jeux vidéo qui seraient hautement addictifs, de joueurs de Meuporg qui passent une semaine complète à jouer sans aller aux toilettes, mais l’addiction aux jeux vidéo : mythe ou réalité ? Au-delà de ce titre pompeux à la M6, Nyöw est allée se renseigner sur ce qu’était une addiction, et s’est demandée si c’était vraiment applicable aux jeux vidéo.

« À la recherche du respect » par Yamato : C’est le printemps, il fait beau, les gens sortent courir et faire du sport… Et Yamato aussi, il à couru ce mois-ci, mais c’était en jouant à des Fast FPS. Aucun rapport avec un film de course de voitures avec Vin Diesel, les Fast FPS sont des jeux de tir de l’ancienne école, où le skill et les réflexes individuels primaient sur le travail d’équipe. Yamato nous parle des jeux de la grande époque, et nous aiguille vers les titres actuels qui permettent de retrouver ces sensations.

Sans oublier le bonus de Zus, notre ingé-son, câbleur, bricoleur, chef d’orchestre, monteur, musicien et beau gosse préféré.

Une émission de : Bat, Nyöw, Oni, Yamato, Zus
Un mot sur l'émission
Lag à Part est un podcast traitant de la culture jeu vidéo, animé par Onigiri, Nyow, Bat et Yamato. En décalage avec l’actualité, l'émission propose des avis, analyses, des discussions et des débats. Le deal est simple, 4 sujets, 4 intervenants, 40 minutes. Publié chaque premier jeudi du mois.

Suivez l'actualité de Lag à Part
sur Twitter
 ou 
sur Facebook

Commentaires

    Dinou

    Dur d’attendre chaque mois ^^
    Merci à vous ! L’émission que j’aime le plus perso 😉

    Allochat

    J’apprécie généralement Lag à part mais cette émission m’a paru pleines d’approximations avec par moment des partis pris trop forts.

    La discussion sur l’addiction était pleines d’erreurs (sur le DSM, sur les mécanismes physiologiques, …) et pouvait pratiquement tourner au supplice pour une personne ayant des notions sur le sujet. L’intention était louable, il y a probablement eu une recherche sur le sujet mais celle-ci s’est peut-être faite à partir de sources en nombre trop réduit et assez orientées.

    La partie sur le licenciement d’une ancienne employé de Nintendo m’a aussi semblé basé sur des reports de l’affaires plutôt que sur les sources originales (types tweet de l’employé ou débat sur les forums affiliés gamergate). Du coup, l’argumentation fait appel à beaucoup de clichés.
    Les propos issus du gamergate sont souvent énormément déformés avant d’être retranscrits : pour Fire Emblem, pas de censure des textes originaux devient une volonté de conserver des scènes immorales, un mini-jeux ou il s’agit de toucher au stylet le visage de ses persos (masculin ou féminin) devient une bataille des joueurs gamergate pour pouvoir tripoter virtuellement des jeunes filles …
    Je n’ai pas de sympathie pour le gamergate, je ne suis même pas d’accord avec la plupart de leurs arguments (un travail d’adaptation pour un jeu en fonction des publics visés me semble normal) mais il est assez pénible de voir que les propos sont systématiquement déformés et qu’ils sont uniquement représentés dans les médias par les pires personnes s’en étant un jour réclamés.
    Il faut bien sûr être sans pitié avec tous les propos misogynes et tout les harcèlements. Mais il est probablement incorrect de considérer que tous les propos ou actions gamergate sont nécessairement misogynes.

    Ce message était sans doute trop long et peut-être un peu trop dur avec une émission qui reste de qualité, mais je souhaitais juste exprimer quelques points qui m’avait déçu lors de l’écoute du podcast.

    JeanMarcMort

    Belle tentative de dédouanage de Yamato. Dommage, on est pas aussi crédule que les téléspectateurs de fogiel.

    Pour l’obsession sexuelle, pas un mot sur le fait que les fesses des héros masculins soient souvent planquées derrière un sac ou un cape « tactique » ?

    Tanaka

    Juste pour dire, ce podcast est écouté en jouant à DOAX3 :p

    Skyate

    Le fait d’aller chercher telle ou telle armure à telle seconde est tout aussi présent sur UT que sur Quake. A partir du moment où tu joues à l’un ou l’autre des jeux de manière compétitive ça devient aussi important que connaitre tes combos ou la frame data sur SF. 🙂