RadioKawa

Catégories

Lag à Part

Lag à Part #6

Amiibogosses
Disponible depuis le

Vous reprendrez bien un peu de Lag à Part ? Ça tombe bien, le numéro 6 est enfin à portée d’oreilles !

« Culture de gamer » par Bat : Qu’il s’agisse de League of Legends, Hearthstone ou Street Fighter, l’eSport rameute de plus en plus de joueurs, ainsi qu’un public toujours plus assidu. Pourtant, la compétition dans les jeux vidéo ne date pas d’aujourd’hui et trouve ses racines bien des années en arrière. Bat nous propose une rétrospective sur cette pratique bien particulière du jeu vidéo, et un regard sur ce qui nous attend.

« L’instant Fred et Jamy » par Nyöw : Les femmes sont-elles condamnées à un rôle de support dans les jeux vidéo en ligne ? C’est la question posée par Nyöw ce mois-ci, après avoir constaté que même dans les jeux, les rôles genrés entre hommes et femmes semblent être tout aussi présents que dans notre quotidien. Aussi, elle va décortiquer cette tendance et nous apporter son point de vue sur le sujet.

« Seul contre tous » par Oni : Nintendo a enfin trouvé comment faire sauter la banque : les Amiibos. Ces petites figurines censées sauver la Wii U, en apparence toutes mignonnes, pourraient vite devenir la nouvelle manne financière de Nintendo ! Oni nous explique pourquoi ces jolies petites figurines en plastique vont causer votre perte.

« À la recherche du respect » par Yamato : La sortie de Bloodborne est l’occasion de relancer un bon vieux débat sur les jeux dits « hardcore », ou du moins sur les jeux à la difficulté relevée. Ces jeux ont l’air de revenir à la mode et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils ont le don de diviser les joueurs : doit-on accepter ouvertement qu’un jeu vous crache à la figure ? Cela doit-il pour autant effacer les autres qualités ou défauts du jeu ? Le respect est-il dans Bloodborne ? Yamato nous explique.

Une émission de : Bat, Nyöw, Oni, Yamato
Informations complémentaires

Liens des sources utilisées pour la chronique « L’instant Fred et Jamy » :

* Insee : Regards sur la parité

* Insee : Femmes et hommes face à l'emploi : où en sommes-nous ?

* Le travail à temps partiel

Un mot sur l'émission
Lag à Part est un podcast traitant de la culture jeu vidéo, animé par Onigiri, Nyow, Bat et Yamato. En décalage avec l’actualité, l'émission propose des avis, analyses, des discussions et des débats. Le deal est simple, 4 sujets, 4 intervenants, 40 minutes. Publié chaque premier jeudi du mois.

Suivez l'actualité de Lag à Part
sur Twitter
 ou 
sur Facebook

Commentaires

    Nexus5

    Euh les gars, vous savez que les « amiibo en porte-cles NFC », c’est deja en route ? http://www.snack-world.jp/system/ j’ai pas decele d’ironie dans les propos a ce sujet dans le podcast, alors je met l’info juste au cas ou…

    Oni

    Bien vu ! À vrai-dire, on n’en parle pas dans la chronique parce qu’on n’était pas encore au courant au moment de l’enregistrement du podcast, qui s’est un peu croisé avec l’annonce de The Snack World. Mais c’est bel et bien le même principe 🙂

    M_Facto

    Ah encore une super émission ! Je crois d’ailleurs que vous avez réussi à atteindre une bonne alchimie entre vous, les chroniques sont vraiment très cools !
    Par ailleurs, est-ce que vous auriez en projet de faire une rubrique « courrier des auditeurs? »… Genre 5/10 minutes à la fin, je pense que ça serait pas mal… Voilà c’était juste mes 2 cents 😀 !

    Régis F

    Bonne émission dans l’ensemble (je découvre).
    Quelques précisions malgré tout sur le sujet E-sport :
    – On peut véritablement se poser la question de savoir où se trouve la dimension sportive dans ce type de compétitions. En fait, je pose la question car tout sport, qu’il soit un jeu ou non au départ, véhicule un certain nombre de valeurs, qu’elles sont celles de l’e-sport (à part l’argent) ?
    – sur l’entrainement, je comprends que bosser un jeu, ses stratégies, les stats, les possibilités, etc. est en soi un vrai travail, mais l’aspect physique d’un sport n’est pas à négligé, voire à minimiser. Jouer au foot, pour reprendre l’exemple cité à la fin du sujet, ne se résume, à mon sens, pas à simplement apprendre à contrôler la balle ou apprendre à tirer. Cela nécessite une hygiène de vie, une condition physique et je ne parle pas de sports dit d’endurance (vélo, course) qui appellent à de gros sacrifices physiques. Quels sacrifices doivent faire les e-sportifs ?
    – Sur le professionnalisme, les amateurs sont extrêmement encadrés certes, mais à l’heure actuelle, je ne pense qu’on puisse dire la même chose d’un débutant d’e-sport. Il y a des communautés, des wiki, des tutos, etc.
    – un point qui aurait pu être abordé, l’évolution des mentalités, qui contrebalance l’avis plutôt positif laissé par ce sujet. Certains sports devenus professionnels se sont plutôt fourvoyés par rapport à ceux qu’ils proposaient en étant encore amateurs. Le rugby est actuellement le meilleur exemple, puisque régulièrement le championnat de France est la cible de remarques/reproches sur la pauvreté des matchs proposés. Les enjeux ont tué le jeu. Cela arrivera-t-il en e-sport ?
    De même avec l’argent et les enjeux toujours plus importants que ce marché de l’e-sport représente, arriveront peut-être des pratiques illicites vu dans d’autres sports : matchs truqués, paris, arbitres achetés, etc.

    Joshua1618

    Quand j’ai entendu le thème du sujet de Nyöw, j’ai pas pu m’empêcher de lâcher un soupir d’agacement. Je me suis dit qu’on allait encore avoir le droit au bon vieux discours moralisateur, pro-féministe, dans lequel on place la femme en position de victime face au monde phallocratique du jeu vidéo. Mais j’ai été agréablement surpris. Nyöw tu as réussi à te baser sur des témoignages et à en tirer une conclusion intéressante et non partisane. C’est vraiment bien que tu ais mis en évidence auprès des auditrice que les nanas jouent souvent support par volonté de conciliation et qu’il fallait que dans le futur elles continuent à jouer support parce qu’elles en ont envie et non parce que les autres en ont envie. 

    Bref, dire que les nanas doivent se prendre en main, et ne pas faire que pointer la responsabilité des hommes, c’est assez rare dans ce genre de sujet. 

    Pour les amiibos, après tout chaque jeu à ses DLC. Ce n’est pas choquant qu’ils vendent de nouvelles figurines pour débloquer de nouveaux DLC. Ce qui me choque plus, c’est que l’on peut être sûr que le contenu du DLC pourra être débloqué qu’avec l’amiibo. En bref, si tu veux le DLC, bah tu raques pour la figurine et si tu veux la figurine, bah tu raques pour la puce NFC (c’est moins choquant dans ce sens d’ailleurs..?). C’est un peu comme si ton garagiste te faisait acheter une voiture entière pour changer tes pneus :). Je pense qu’il devrait y avoir une option d’achat à moindre coût pour débloquer le contenu sans la figurine de merde. Après je n’ai pas de WII U, peut être ont ils prévu le coup ? 

    Il faut aussi que ces DLC restent des contenus additionnels facultatifs et que le jeu lui même soit toujours une oeuvre intégrale et complète. Je garderai toujours en tête Alien Isolation : le jeu n’avait pas de fin ! La fin était vendue en DLC ! 

    Eh beh, avec tout ça, je me rends compte que ça fait pas mal de « il faut, il faut ». Mais bon, tant que les joueurs consommeront comme des attardés, les éditeurs n’ont pas fini de nous manquer de respect =D.

    Envoyé depuis un mobile Samsung