Catégories

Le Pot de Caste

Le Pot de Caste #7
Les blogs qui traitent du jeu vidéo

Disponible depuis le

Le blog est, aujourd’hui, la méthode la plus simple de voir ses écrits publiés. Toutefois, cette démocratisation apporte-t-elle réellement du sang neuf et un souffle nouveau à la manière dont on parle de jeu vidéo ? Pour ce Pot de Caste, nous nous sommes penchés sur cette épineuse question.

Un mot sur l'émission
Préparée par MaSQuE et présentée par InkS, cette émission vous propose un moment mensuel de réflexion vidéoludique. Une façon unique d'aborder la vie des hauts faits ludiques.

Suivez l'actualité de Le Pot de Caste
sur Twitter
 ou 
sur Facebook

Commentaires

    Adamas Samud

    Une excellente émission qui nous prouvera encore une fois qu’avec « Les Tauliers », ce cher InkS est devenu une personne sympathique, mais qui peux avoir un langage vulgaire de temps en temps. =)

    Mathieu

    Réflexion très intéressante sur un sujet qui concerne non seulement le jeu vidéo, mais aussi l’actualité en règle générale. Mais je tends malgré tout à être d’accord avec Inks quand il parle, grosso modo, de « l’explosion de la bulle blog », ceci partie liée avec les habitudes de lecture de chacun : puisqu’on a de plus en plus la possibilité matérielle de lire de longs textes, il y aura de plus en plus une tendance à l’écriture d’articles pertinents et/ou différents. Du reste, la « génération 90 » va progressivement rentrer dans la vie active, et ceux qui avaient 15 ans et qui ont lancé cette tendance commencent à se réveiller et à trouver une voie. Il va y avoir une évolution du mode de consommation du texte, de l’image et du son dans les années à venir, sans doute pour le mieux.

    De la même façon, je présume, que tous les médias, l’Internet commence à avoir suffisamment d’assises pour être parfaitement intégré à la vie de tout un chacun ; et comme nous sommes dans une société de consommation de l’information, ne survivront que ceux qui non seulement pourront produire, mais sauront également nourrir. En quelques sortes, « Dieu reconnaîtra les siens ». Autrement dit, l’existence même d’initiatives comme radio01.net, mais aussi barredevie, Pix’n Love etc. prouve que le modèle est en train d’évoluer progressivement. Car le problème de la sphère blog, à mon sens, reste sa pérennité : si tout le monde (journalistes, auteurs, politiques…) cherche à plaire sur le moment, seuls les plus solides pourront survivre et rester sur la longueur. Les pions commencent à se placer, et ceux qui étaient jadis sur le devant de la scène peuvent disparaître du jour au lendemain, car les modes changent et l’âge des habitués évolue.

    Bref, je suis relativement confiant sur le discours du jeu vidéo aujourd’hui dans la sphère francophone. Les choses ne peuvent qu’aller mieux.

    Owiii

    Mathieu a dit ce que je voulais dire. >< Néanmoins, on peut se demander quelles seront les places des médias dominants d'aujourd'hui face à la montée en puissance des blogs. Que deviendront Game One ou Gamekult ?

    InkS

    GameOne peut-elle encore être considérée comme un média sérieusement consacré au jeu vidéo ? Dans son cas, l’affaire me semble déjà réglée.

    Y’a rien de méchant, hein, les gens de GameOne font ce qu’ils veulent. Mais ça fait au bas mot six ans que GameOne n’est plus spé. JV.

    Mathieu

    Tout à fait d’accord avec Inks concernant Game One, qui s’est fait damer le pion au niveau « ambitions » par NoLife, qui elle-même pour des raisons judiciaires est considéré comme une chaîne « musicale », ce qui a des conséquences sur leur programmation (qui s’améliore, malgré tout, avec les années, quoi qu’on en dise).

    GameKult, à mon sens, fait figure presque de « rescapé » dans le modèle actuel comme tu le disais avec Masque, avec son système premium et la qualité d’écriture certaine du site. Pour même dire la vérité, je trouve certains papiers de jeuxvideo.com pas si mal écrit que ça : certains dossiers sont même surprenants et très « couillus » dans leur parti-pris qui suscitent, de base, la polémique.

    En fait, les seules véritables critiques que l’on faisait à jv.com, c’était la qualité de ses fora, indépendant des auteurs du site ; les critiques que l’on fait à GK, c’est la sévérité de leurs tests (mais est-ce un mal tout compte fait, quand on se rend compte qu’une note sur 10 est très arbitraire et que c’est le texte qui importe… Mettre 5/10 à Portal, objectivement, est une excellente chose). En revanche, moi, je me fais plus de soucis pour Gameblog : news discutable, textes insipides, humour plat… Je les vois mal, à part grand écrémage, durer des années : ils se referont rattraper tôt ou tard par leurs défauts, que la nouvelle génération ne pourra pas leur pardonner car ils n’auront pas (plus) la même sympathie qu’on a pu avoir au début pour « les anciens de Joypad ».

    Il faut savoir que la « crise » de la presse vidéoludique française (papier et numérique), est ce qu’elle est : une crise, c’est-à-dire selon moi une étape passagère et circonscrite dans le temps. Il y a eu une première fracture, celle qui ont précédé la montée du Net, telle qu’expliquée par Masque dans le podcast, je n’y reviens pas. En revanche, il faut s’intéresser à celles et ceux qui travaillaient dans ce journal : il y a eu d’un côté les marchands, et de l’autre ceux plus ou moins laissés sur le carreau. Des mecs comme Trazom, Drevet, Chièze, AHL… sont des marchands. Mais où sont Didou, Murdock, Stef le Flou, JM Destroy ? Ils n’ont quasiment aucune tribune « libre » où s’exprimer totalement, cantonné à des projets connus d’une minorité et largement moins mis en lumière que les membres de GameBlog, par exemple. Et pourtant ce sont eux qui pourraient permettre de redonner du souffle.

    Si l’on résume, on a : les petits merdeux (il ne faut pas avoir peur des mots, et j’y inclus celles et ceux qui parlent de jv par total arrivisme, le joueur du grenier en tête), les vieux cons (qui sont notamment chez GB), les nouveaux sympas et intelligents (parfois universitaires, parfois juste intelligents, notamment chez NoLife… même si j’ai un problème avec Piroux, qui vague dangereusement de cette catégorie à la précédente) et les vieux sympas, qu’on n’entend plus du tout parler.

    Tout viendra par la suite du « business model » si l’on peut dire de ce schéma : et les pratiques de lecture, de consommation etc. évoluant plus vite que le média lui-même, seront baisés en priorité les deux premières catégories. Ce sera en revanche le panard pour les autres. Voilà en tous cas comment je vois l’évolution du bouzin.

    Owiii

    Ta vision de l’avenir me parait assez idéale, mais comme tu dit, ça dépend du « business model ». On peut aussi supposer que les bons restent dans l’ombre de certains vieux cons et merdeux, qu’ils gardent leurs « clients » et ainsi la main sur le journalisme spé-Jv. Néanmoins, je pense plutôt qu’au contraire, les médias vidéoludiques vont peu à peu perdre leur importance. Je sais pas si tu as remarqué (je pense que oui tout de même), mais les éditeurs et studios de développement ne sont plus aussi dépendants des journalistes qu’avant. Maintenant, ce qui leur permet de vendre, c’est la publicité dans les médias de masse et la proximité avec les joueurs eux-mêmes. Suffit de regarder l’interface du xbox live pour s’en rendre compte.
    Ces médias sont donc sur le déclin car plus nécessaires aux développeurs. Leur seul vrai intérêt réside dans leurs critiques, mais on observe qu’elles ne pèsent plus très lourd par rapport aux ventes.
    Homefront : 2.01 millions de copies vendues (toutes plateformes confondues)
    Dragon Age 2 : 1,53 millions (toutes plateformes confondues)

    Ces deux jeux ont eu droit à une grosse pub, et malgré leur relative médiocrité, ils se sont bien vendus !
    Voilà pourquoi je pense que ces médias sont voués au déclin s’ils ne réagissent pas.

    Foulk

    Cinq années après la parution de ce numéro, je réagis. Je vais tout de même expliquer pourquoi ma réponse est si tardive : ce n’est pas la faute à une latence oreille-cerveau astronomique, non. C’est simplement parce que je viens de découvrir l’application Podcast Addict, et je profite de celle-ci pour écouter tous les vieux podcasts de RadioJV. Mais revenons à nos moutons.

    Je réagis pour exprimer deux points très différents. Le premier c’est qu’écouter ce podcast plus de cinq années après sa parution et écouter dans l’ordre me fait réaliser à quel point trouver un format, un ton, et une ligne éditoriale qui plaît aux personnes qui le créent et au public est difficile.

    Au fil des numéros, le pot de caste s’est totalement transformé, et même si je ne lancerai jamais mon propre podcast par manque de temps ou de talent, voir s’opérer cette transformations et ces réglages au fur et à mesure des épisodes est très intéressant. Et imaginer que le même processus de réflexion à été mis en place pour les autres émissions (individuellement et en tant qu’émission dans un groupe) afin de garder une ligne édito correcte et claire l’est encore plus.

    La deuxième, c’est le fait que MaSQuE a cité deux fois MC Solaar dans cette émission. Je me tourne donc logiquement vers vous, RadioJV, afin de vous puissiez me donner ses coordonnées en vue de le demander en mariage.
    Plus sérieusement, que s’est-il passé avec MaSQuE ? Je trouvais son point de vue intéressant en général, et j’ignore à quel moment et pourquoi il a disparu de l’antenne, mais c’est fort dommage.

    A toi, InkS du futur.