Catégories

Le Vidéoludiste

Le Vidéoludiste #3
1983, l'année du Krach

Disponible depuis le

Dans ce troisième épisode, Le Vidéoludiste vous propose de découvrir pourquoi les jeux vidéo ont failli disparaître de la surface de notre planète.

  • Le Krach de 1983, ses causes, son impact
  • L’Atari 7800, la fin du début…
  • Salut les Gaijins ! où l’arrivée des machines japonaises
  • Factoïdes vidéoludiques de l’an de grâce 1983
Une émission de : Aspic, MaSQuE, Yann (InkS)
Un mot sur l'émission
Documentaire épisodique consacré à l'histoire du jeu vidéo. Un œil contemporain et décalé sur les annales vidéoludiques.

Suivez l'actualité de Le Vidéoludiste
sur Twitter
 ou 
sur Facebook

Commentaires

    Alvin

    Excepté certains speaks lus un peu trop rapidement, c’était SUPER BIEN <3

    Alan.K

    Très bon second épisode, attention toutefois à ne pas être trop consensuel (parfois) dans votre traitement de l’info, je dis ça plus particulièrement pour l’un de vos intervenants, dont le nom m’échappe (et vu que j’ai supprimé l’épisode après écoute, et que je suis une grosse feignasse qui a la flemme de le rdl juste pour ça, j’espère qu’il me pardonnera cette omission) qui à un moment donné, s’est réfugié dans la posture bien hypocrite du  » je ne suis ni pour ni contre bien au contraire ».

    L’industrie du jv commet de nombreux abus et il n’y a pas à le cautionner (à aucun moment) sous prétexte que c’est comme ça dans le jeu, c’est parfaitement inacceptable et il faut que ça change.

    InkS

    Heu… oui, mais ça ne concerne pas les Tauliers, plutôt ? 😀

    Alexleserveur

    Toujours aussi comique 😀 J’ai trop hâte de voir le prochaine épisode <3 Et vivement celui sur la SNES <3 <3

    Sinon, pour Alan.K, comme il parlait de moi : je n'ai pas dit que je cautionnais les "abus" de l'industrie du jeu vidéo parce que c'était l'industrie du jeu vidéo, mais que c'était de bonne guerre dans toute entreprise commerciale (TOUTE entreprise commerciale) de jouer avec les limites. Economiquement et financièrement, il y a des choses bien plus graves (je pense tout de go aux scandales bancaires de ces dernières années) que les petites tricheries de certaines firmes (sans aller jusqu'à excuser leurs magouilles, comme certaines boîtes qui rachètent des studios et les coulent juste pour pouvoir se tirer avec les subventions, j'en ai une en tête) pour dire que tout le milieu est pourri. Par nature, je n'aime pas du tout le poujadisme et cette manière de dire que l'on vit dans un monde horrible où tout est à détruire et où tout le monde se comporte mal. Et ce n'était pas un discours "ni pour ni contre bien au contraire", mais plutôt "ni bien ni mal, c'est un état de fait."

    Arkan

    Hormis le côté très lu et parfois rapide qui fait penser à l’envoi à l’échafaud d’innocents élèves devant présenter leur exposé, j’apprécie grandement la richesse du travail de recherche et d’élaboration de cette histoire des jeux-vidéo.
    C’est bien fichu, un peu d’humour auquel l’on accroche ou pas, des informations claires, la volonté d’éviter la monotonie de la voix-off solitaire, la mise en images et en musiques.

    Par curiosité, quelle part de tout cela saviez-vous déjà avant de préparer ces émissions ?

    InkS

    Arkan » On connait les grandes lignes. Au moment de commencer la rédaction d’un épisode, on définit une limite temporelle (ici, l’année 1983) et on se brainstorme sur tout ce qui a pu s’y passer. On sait qu’il y a eu une crise, qu’Atari a sorti, en pleine débâcle, une machine bien foireuse, que l’actualité de l’époque était riche et que les japonais débarquaient en force. Et en suite, on fait de la recherche pour vérifier qu’on a rien oublié de gros et… commencer à écrire.

    Max

    Super intéressant comme émission, très intéressante. Par contre, « Casteulvania »… faudrait donner l’exemple tout de même !
    Bon courage pour la suite.