Catégories

LOLJAPON

LOLJAPON #27

Ma morue au soda
Disponible depuis le

Après six semaines d’absence, LOLJAPON revient pour une autre émission en public ! Après la sortie du film Le Garçon et la bête, Amo, Concombre, et leur invité Zali_Falcam reviennent sur la filmographie de Mamoru Hosoda et son travail qui nous fait pleurer, rire, et re-pleurer. Famille, matrices virtuelles, fantastique et avoir-le-cul-entre-deux-chaises, autant de thématiques qu’on retrouve dans chacun de ses films, aussi variés que maîtrisés. Autant de délices amers qu’on vous recommande du fond du cœur ! Au programme : des haricots rouges, les délices de la lèpre, des magical girls et du putacliquage. Bonne écoute !

Une émission de : Amo, Concombre Masqué
Au programme :

Les statuts culturels

  • 7:51 - Glitter Force
  • 17:02 - Shirokuma Café
  • 24:30 - Les délices de Tokyo

Le dossier

  • 33:29 - Mamoru Hosoda

Sushiroulette

  • 1:40:00 - Oui ou non - Le jeu du clickbait
  • 1:47:57 - Le non-statut culturel - Aria
  • 1:54:55 - Le courrier du Twitter - on a pas le temps !
  • 1:57:34 - Biolognaise - Le mec qui a inventé le Netorare
Un mot sur l'émission
Une fois par mois, Amo et Concombre pitchent une pelletée de produits japonais. Jeux, animes, visual novel et autres produits (pas toujours) honteux. Statuts culturels, dossier thématique et rubriques glacées et sophistiquées, le Japon est un pays bizarre mais on adore vous en parler. En direct chaque premier vendredi du mois.

Suivez l'actualité de LOLJAPON
sur Twitter
 ou 
sur Facebook
Les épisodes

Commentaires

    T’as truqué le jeu pour que Concombre gagne, salaud !
    De rien. :3

    madsquirrel

    Concombre on te sent mourir de frustration quand tu n’as pas pu aller au bout de ta pensée du pourquoi LGELB est-il un meilleur film que les enfants loups. Tu peux revenir dessus ici ?

      Yo ! C’est une combinaison de plusieurs trucs. C’est même un peu particulier puisque j’ai beau trouver le film encore un cran meilleur, ce qui m’empêche pas de toujours préférer Les Enfants-Loups, mais Le Garçon Et La Bête a une complexité en plus qui monte encore la barre – et damn, il avait de sacrées grosses pompes à remplir. Ce qui est symptomatique du truc : la manière dont Moby Dick est présenté à mi-chemin du truc innocemment et va devenir une méga métaphore filée sur tout le reste du truc, mais sans le dire, sans nous le mettre sous le pif. Je demande plus une efficacité du truc qu’une multitude de niveaux à lire. La structure est renversée, les décors méditerranéens TUENT, ça te captive un peu plus parce que meilleur rythme par définition et j’ai un petit truc pour les parcours initiatiques, les romans picaresques, alors oui c’est moins chouinant mais je trouve ça encore un cran au dessus