RadioKawa

Catégories

Que le Grand Geek me Croque

Que le Grand Geek me Croque #19

État de la presse, Castle of Illusion, interview de Damien Coulomb
Disponible depuis le

L’essentiel de l’actualité du mois commentée par nos invités, une rétrospective consacrée à Castle of Illusion, un thème sur l’état de la presse jeu vidéo, et, pour finir, l’interview de Damien Coulomb.

Invités

Damien Coulomb (journaliste indépendant), Force Rose (directrice artistique freelance), Vincent Matalon (journaliste chez France Télévisions), Le Reilly (The Best Place), Alvin (Late Late Boudoir Gambetta).

Un mot sur l'émission
Montez à bord du talk-show nocturne de RadioJV ! Alexleserveur, InkS, Chloé et Alvin amènent leurs invités à commenter l'actualité du mois, partager leurs anecdotes lors de la rétrospective et éclairer de leurs lumières un thème qui leur est familier.

Suivez l'actualité de Que le Grand Geek me Croque
sur Twitter
 ou 
sur Facebook
Les épisodes

Commentaires

    Lord Ethanol

    Moi la question que je me pose c’est, comment peut-on se dire journaliste et coller une note, à un jeu, qui ne prend pas en compte son niveau de finalisation scandaleux ou encore un DRM privateur qui va à l’encontre des droits du joueur et du consommateur ?!

    C’est quoi au juste le journalisme ? Publier honnêtement des informations ou se croire tellement supérieur à la plèbe (qui elle travaille pour se payer tous ses jeux ) que l’on s’estime en droit de dire et de savoir ce qui est bon pour elle, quitte à passer sous silence ce qui ne l’est pas.

    Pour prendre un exemple récent, comment peut-on donner une note d’excellence à un assassin’s creed 3, alors que celui-ci, à sa sortie, en plus de souffrir d’un contrôle qualité digne d’un bon gros foutage de gueule, pour ne pas dire de l’arnaque pure et simple, impose en plus au consommateur, un DRM privateur sur PC (c’est aussi le cas de steam ou encore d’origin d’ailleurs, en ce qui me concerne) ?

    Le web vous offre pourtant des possibilités que la presse papier ne vous permettait pas, je ne vois donc pas, si ce n’est un peu de travail supplémentaire, ce qui vous empêche, de filer une note moyenne à un jeu qui souffre de tares inacceptables, comme celles que j’ai évoquées en préambule, puis de revenir sur cette dernière ensuite, si le jeu a évolué en bien.

    Quand je vois toute l’importance que les éditeurs accordent aux notations de leurs jeux, je me dis que ce serait là un moyen pourtant simple et efficace (plutôt que de rares et molles protestations sans lendemain), pour responsabiliser les éditeurs peu scrupuleux et faire en sorte de mettre si ce n’est un terme, au moins un frein, à des dérives de plus en plus prégnantes pour le consommateur et auxquelles je suis d’avis que vous participez, en ne les dénonçant pas avec plus de virulence et de visibilité.

    Certains « journalistes » poussent même la mauvaise plaisanterie jusqu’à dire que s’ils font preuve d’une telle mollesse, (pour ne pas dire duplicité) c’est parce qu’un jeu vidéo c’est de l’art blablabla, avec beaucoup de travail derrière.
    Je trouve cette posture grotesque car elle dénote un profond mépris pour leur lectorat, qui lui aussi travail pour se payer ses jeux (mais ça n’est visiblement pas aussi respectable).

    Alors peut-être que je suis un consommateur d’arrière-garde, si c’est le cas j’assume parfaitement, mais il n’en demeure pas moins que mon désamour est profond avec votre profession lorsqu’il s’agit de tests en tout cas, et sur cet aspect là de votre métier, vous n’avez plus aucune crédibilité, car en ce qui concerne, le jeu vidéo c’est avant tout un loisir onéreux et un produit de consommation (ce qui ne retire rien au travail et au mérite de certains studios de développeurs) et force est de constater que, tous autant que vous êtes, vous ne répondez tout simplement pas à mes attentes, ni à mes besoins, Doritosgate ou pas.

    Alexleserveur

    Je suis tenté de dire qu’on note l’oeuvre, pas le support. Les problèmes de DRM ne concernent pas l’oeuvre directement. Quand un critique de cinéma note un film, il ne note pas la salle dans laquelle il l’a vu.

    Ensuite, bon, le principe du « tous pourris », « vous êtes tous les mêmes », ça me saoule tellement, mais tellement, à tous les niveaux. J’ai horreur des généralités. C’est à la fois une insulte à l’intelligence, à l’altérité et à l’individualité.

    algus

    Pourquoi les gens ne lisent plus la presse de jv ?
    Parce qu’ils lisent de moins en moins,il y a une défiance vis à vis de la presse en général, les infos datent de plusieurs jours alors que sur le web ça date de quelques heures, le web est multimédia pour présenter une nouveauté un trailer avec le commentaire est préféré à un article avec des photos…

    Il y a 1 an ou 2 est sorti un article dans un magazine MER7 qui conseillait sur les revendeurs. M’attendant à une réponse nuancée et intelligente grande fut ma surprise quand je vis la conclusion du texte. Je précise que ce magazine contenait de la pub de la part de l’enseigne qu’il conseillait de fréquenter et que ladite enseigne arbore régulièrement la une de ce magazine. Bel exemple d’indépendance de la presse. Comment faire confiance à un magazine ayant de tels pratiques ?
    Je ne veux pas faire de généralité alors que la plupart des magazines papiers appartenait au même groupe et qu’un de ces magazine semble aussi pourri

    Je reste un peu lecteur de presse de jv IG mag, pix and love et canard PC essentiellement. Mais cela reste occasionnel car les news, les dossiers les tests c’est sur le web que je les trouve essentiellement.

    Alexleserveur

    Comme expliqué dans le podcast, les personnes travaillant dans une régie pub ne sont pas les rédacteurs qui écrivent les articles. Je pense que la défiance du public vient surtout d’une méconnaissance des rouages d’une entreprise de presse, quelle qu’elle soit.

    Walou

    Alors, ça, c’est très, très drôle. Je passe ma vie à m’offusquer des énormités qui sont proférées sur le Net, de l’hallucination collective qui semble dicter les posts de nombreux commentateurs de la presse JV. Mais là, je prends enfin un internaute en flagrant délit de fantasme, et je ne vais pas me priver de dénoncer vos bêtises. Parce que c’est moi qui ait écrit ce papier, et que je me souviens de la moindre de ses virgules.

    Premier erreur factuelle, ce n’est pas un magazine MER7, mais un magazine Yellow Media : le JVM n°132 daté de décembre 2011, le dernier JVM édité avant le rachat par MER7 et le changement de direction. Mais passons.

    Pour écrire ce papier, je n’ai reçu AUCUNE consigne. Mon rédacteur en chef m’a juste demandé d’écrire « un comparatif des différentes enseignes », sans même préciser lesquelles. J’ai eu une liberté totale pour choisir les enseignes traitées, mes angles, les critères de comparaison, et ma conclusion. J’ai retenu six critères objectifs, j’ai listé toutes les offres de chaque enseigne de la manière la plus exhaustive possible. Le plus drôle, c’est que contrairement à vos allégations, dans la conclusion, je ne conseillais aucun revendeur en particulier. Tenez, je me permets même de vous la copier-coller, de façon à ce que vous puissiez l’imprimer et la produire à votre médecin, quand il vous recevra pour tenter de traiter votre mythomanie :

    « En conclusion, quelle est la meilleure enseigne? Celle vers laquelle vous pouvez vous tourner les yeux fermés ? Malheureusement, ce n’est pas si simple. En fait, chacune a ses points forts : Game séduira l’acheteur compulsif, tendance collectionneur, qui y trouvera des prix imbattables et des tonnes d’exclusivités type bundle ou bonus de précommande. Mais Micromania n’est pas en reste. C’est même le spécialiste des opérations coup de poings : des évènements exceptionnels d’ampleur nationale, un programme de fidélité particulièrement gratifiant, et une nouvelle offre, le GamersClub, qui pourrait bien changer vos habitudes. Enfin, la FNAC, elle, a tout du bon élève, régulier et assidu. Un peu à la traîne sur les précommandes, elle est en revanche d’une régularité exemplaire partout ailleurs, jamais dernière, surtout quand il s’agit de proposer des jeux en import qui feront la joie des gamers exigeants. Vers quelle enseigne vous tourner ? On vous répondra que c’est à vous de choisir, en fonction de votre façon de consommer. En clair : faites vos jeux! »

    Concernant le fait que le magazine comportait de la publicité pour l’enseigne « conseillée » (laquelle alors? Je conseille les trois), c’est peut-être vrai, peut-être faux, je n’en sais rien, et pour une raison simple : les rédacteurs ne savent JAMAIS à l’avance quelles publicités seront dans le magazine. Pour l’anecdote, en tant que pigiste, je n’avais tellement pas de rapport avec la régie pub que je n’ai rencontré les gens qui y travaillaient que la dernière semaine, à la réunion nous apprenant notre licenciement.

    Et enfin, je termine par le plus comique : à propos du fait que « ladite enseigne arbore régulièrement la une de ce magazine ». Pourriez-vous m’indiquer, s’il vous plaît, UNE SEULE couverture de JVM qui arborait le nom de « ladite enseigne » (même si, à ce stade de notre conversation, j’ignore toujours de quelle enseigne vous parlez)? Bon, je connais mal JVM, je n’ai bossé que très exceptionnellement pour eux, donc je vais avoir du mal à vous aider. En revanche, je viens de trouver une liste d’une grosse dizaine de numéros (dont l’intégralité des numéros édités par MER7), peut-être allez vous pouvoir m’indiquer celle à laquelle vous pensiez : http://www.abandonware-magazines.org/affiche_mag.php?mag=245&page=2

    Walou

    > Certains « journalistes » poussent même la mauvaise plaisanterie jusqu’à dire que s’ils font preuve d’une telle mollesse, (pour ne pas dire duplicité) c’est parce qu’un jeu vidéo c’est de l’art blablabla, avec beaucoup de travail derrière.

    Vous pourriez me donner le nom d’un seul journaliste qui a tenu de tel propos? Pas deux, pas trois, pas dix, juste un. Ca m’intéresserait, je n’en connais pas dans la vraie vie.

    Jaydes

    Salut,
    Tout d’abord bravo pour votre émission j’ai pris plaisir à écouter vos argument. Je suis pour ma part un lecteur de canard PC, non pas pour la fraicheur de leur test ou news mais pour l’angle et surtout cette non volonté de réunir la Maaaaassssseeee populaire. Ils ont un ton bien à eu et des goûts tranchés cela me permet de me positionner par rapport à tel ou tel rédacteur.
    J’avoue cependant qu’aillant lu des Tilt (ouai ch’ui pas jeune ) des player one et autre magazine dans les années 90 j’ai toujours été déçu et surtout un sentiment de me faire rouler, surtout lors de note en pourcentage ou rien ou presque ne descendait en dessous de 70 % comment se faire un avis quand on est ado ??

    Mon avis reste bien entendu empreint d’un souvenir vague mais dans ma vie de gamer j’ai appris une chose ne jamais faire confiance à une critique de jeu écrite dans un mag ni un vendeur en magasin, et encore moins à une petite vieille le soir dans une ruelle 🙂

    Bref le jeu vidéo se décline en deux genre d’individus, ceux qui on une plume chargée et ceux qui casques, moi je casque !

    Merde ça fait moins bien que dans le film. Une chose assez agaçante aussi c’est de voir comment des blogueurs sont dénigrés par la profession, le dernier « LES TAULIERS » est juste un très bon exemple, à écouter JAY il faudrait que tout les blogueurs s’immolent par le feu. Ouai j’exagère un peu mais c’est pour l’écrit, enfin vous me comprenez.

    A bientôt
    Jaydes

    Alexleserveur

    Salut Jaydes,

    Puisque la plupart des blogueurs veulent immoler les journalistes JV (auxquels tu n’accordes aucun crédit, comme tu le dis dans ton message), c’est de bonne guerre si ceux-ci veulent immoler les blogueurs, non ? 😀

    Parce que bon, se faire traiter de pourris par des gens qui font des unboxings et vont à toutes les soirées pour bouffer des petits fours, c’est pas cool… :/