La Confrérie #18

La numérisation du dopage quantique
Disponible depuis le

Au menu aujourd’hui trois sujets éclectiques : La numérisation des bandes dessinées, le dopage dans le jeu vidéo et une fiche de lecture sur un livre sur la physique quantique

Les recommendations:

Retrouvez-nous sur les réseaux de l’information digitale à rétro-plaques :

Un mot sur l’émission

La Confrérie est un podcast ou 4 amis discutent autour d’une table sur une vaste variété de sujets (tech, société, culture, jeux vidéo... ou aléatoire). Chaque épisode est divisé en plusieurs dossiers... il y en a pour tous les goûts !
Les commentaires

    Sur la question du livre, je pense qu’une donnée qui manque à l’analyse, c’est celle de la consommation d’électricité. Comme pour la discussion sur la voiture électrique, on me dira à raison que rien n’empêche que ce soit procuré à partir d’énergies propres – mais on ne vit pas dans ce monde là.
    (Et puis si je suis un peu de mauvaise foi, le papier piège du carbone donc si on part du principe qu’on va le conserver pour toujours ou le recycler ensuite, ça enlève son poids de son bilan carbone)

    Par contraste, je trouve que l’autonomie illimitée du livre papier reste un grand avantage.

    D’ailleurs quand vous parlez des mangas dont le dos se casse dès que tu l’ouvres un peu trop, et je pense que c’est pas forcément un problème du livre en soi, mais des conséquences de certaines mesures économiques.
    Dans une certaine mesure ça montre aussi un certain contraste entre la bande dessinée européenne, où malgré le fait qu’elle soit plus « enfantine », on a des grands formats, cahiers cousus, en couleur, sur du relativement beau papier ; et la bande dessinée japonaise où c’est le règne du noir et blanc sur papier grisâtre et des dos collés cheap ; ou encore la BD américaine où la qualité des fascicules pouvait beaucoup laisser à désirer.

    Sans entrer sur de grandes généralités sur la philosophie de l’édition blabla c’est bien sûr un problème bien plus large. Je ramène ça à ma propre émission mais dans RQRF on lamente régulièrement de lire une très belle édition d’un texte médiéval, très pratique, mais sous forme de livre de poche au dos collé merdique. Si tu t’accoudes dessus comme un sauvage pour le garder ouvert et recopier un passage, tu l’abîmes de tant – donc encore plus problématique pour des livres destinés à l’étude comme les Lettres Gothiques, les traductions du Moyen Age chez Champion, ou avant eux ceux des 10/18. Si tu les achètes d’occasion ils tombent juste en morceaux, et quand ils commencent à perdre des pages c’est pratiquement irréparable sans le rendre encore plus rigide et difficile à ouvrir.

    Au final c’est tout le problème du livre de poche, produit en masse pour rendre la lecture moins chère et plus accessible, mais où on économise des centimes sur la reliure ce qui les rend très peu durables.

    Sinon je vous écoute depuis votre arrivée sur RK, j’oublie toujours de réagir mais j’aime bien votre façon de présenter les sujets et de réagir les uns aux autres !

Like a Boss !

RadioKawa ne touche aucun revenu publicitaire et vit de nos fonds. Envie d’un RadioKawa encore meilleur ?

Rejoignez notre Patreon !

En savoir plus
Retransmissions vidéo : la radio se regarde sur Youtube
Suivre RadioKawa
Envie d’un RadioKawa encore meilleur ?
Rejoignez notre Patreon !
Devenir Patreon

RadioKawa est sur iTunes !

Venez visiter notre portail sur iTunes : tout notre catalogue y est prêt à être podcasté.

En allant y commenter vos émissions favorites, vous leur offrirez plus de lisibilité.

iTunes
Inscrivez-vous à la newsletter RadioKawa !