RadioKawa

Catégories

LOLJAPON

LOLJAPON #35

LN et les garçons
Disponible depuis le

Vous l’avez réclamé : on attaque le très large sujet des light novels, romans destinés à un public de jeunes adultes et devenus une véritable industrie à part dans le paysage du divertissement japonais. Pour l’occasion, rien de mieux que d’inviter Guillaume Kapp, directeur de collection chez Ofelbe, maison d’édition spécialisée dans la traduction et la distribution en France de ces œuvres très particulières. Particularités, œuvres emblématiques (Sword Art Online, Log Horizon, The Irregular at Magic High School…), ses poncifs, sa place au Japon – mais aussi de discuter de l’histoire d’Ofelbe. Un gros dossier ventral qui, on l’espère, vous apprendra tout sur le dosse.
Sinon ? En statut culturels, un clip (encore un truc qui nous a fait pleurer), encore d’autres objections, le prochain Miyazaki (selon les médias… et le box-office) mais aussi les films diffusés aux Utopiales, du RWBY vite pitché et l’animatrice du moment.

Ce numéro de LOLJAPON est labellisé « émission annuelle des problèmes techniques »: quelques coupures ont eu lieu durant le début de l’épisode mais, rassurez-vous, le reste de l’épisode n’est pas touché !

Un mot sur l'émission
Une fois par mois, Amo et Concombre pitchent une pelletée de produits japonais. Jeux, animes, visual novel et autres produits (pas toujours) honteux. Statuts culturels, dossier thématique et rubriques glacées et sophistiquées, le Japon est un pays bizarre mais on adore vous en parler. En direct chaque premier vendredi du mois.

Suivez l'actualité de LOLJAPON
sur Twitter
 ou 
sur Facebook
Les épisodes

Commentaires

    Nihi

    Petit bug à partir de 20 minutes, je sais pas si c’est l’enregistrement ou l’upload qui a foiré (ça ne dure qu’une minute).

    On va regarder au plus vite mais effectivement gros GROS souci au live et… qui s’est retrouvé sur la raw, donc la situation est inédite. C’est arrivé pendant le statut de Guillaume et du mien. Les auditeurs se sont vus mangés des tronçons de voix sans interruptions, à intervalles réguliers. Mais sans silences… et ça s’est retrouvé sur Audacity pour nous. Le mystère intégral. Du coup, il a fallu tronçonner Guillaume (le pauvre !) et refaire carrément PW6 derrière. Avec moi qui oublie d’allumer Audacity pour l’intro, imaginez le bon bail. (Mais je crois que ce logiciel veut ma mort)
    On va voir si on peut régler ce petit souci restant mais on espère que le dossier et tout le reste du numéro fera le taf, en tout cas perso je suis plutôt confiant !

    (J’ai gardé la raw pour vous montrer à quel point : le résultat live est ubuesque et ma capacité à imiter tout un zoo de frustration pendant la pause musicale)

    Je profite du Namedrop pour parler de la question du LN en bibliothèque.

    La longueur est EFFECTIVEMENT un problème pour nous, même si ça devrait jamais être un critère déterminent. Je passe sur le fait que les bibliothèques françaises soient assez conservatrices quand aux nouveaux supports (depuis toujours), mais mettons qu’on ait une escouade de bibliothécaires prêts à acheter des LN (je sais que certains collègues n’ont déjà fait) : c’est un pari très hasardeux.
    Parce que, comme pour le manga qui a mis du temps à trouver sa place en Bib, en fait quand tu commences une série de LN, tu ne prends pas un pari sur un bouquin de 20€, mais sur cinq, sept, dix, voire plus dans le cas de série pas encore finies. Et avant que t’aies tout :
    -> L’éditeur peut couler
    -> Le public peut passer à autre chose et tu te retrouves avec une série de 8 tomes sur 12 en rayon plus jamais empruntée
    -> Les budgets peuvent être réduits et donc on sacrifie les longues séries
    Rentre aussi en ligne de compte le problème de la PLACE dans beaucoup d’établissements. Acheter une trilogue ou une one-shot, c’est pas la même chose que consacrer un mètre linéaire à une seule et même oeuvre. Chez nous on a par exemple DEUX METRES de One Piece, ce qui nous contraint à sacrifier d’autres titres très populaires pour une bête raison de place. Pour les LN c’est pareil. Si j’achète 15 tomes d’un truc, c’est 15x5cm de pris sur potentiellement autre chose.
    Ca veut pas dire qu’on ne doive pas en acheter, je suis moi même partisan de toujours expérimenter et de toujours répondre à la demande. Un truc qui se vend à 30 000 ou 50 000 ex comme SAO (je sais plus combien vous avez dit), c’est amha invraisemblable qu’on ne l’ait pas dans nos collections. Mais je comprends très bien que les collègues (au sens large) y réfléchissent à deux fois avant d’engloutir leurs billes là-dedans.
    Je connais un peu les bibs (duh), je pense que ça passera par une implantation durable dans les habitudes de lecture. Une fois qu’on sera « certains » que c’est pas un effet de mode, les collègues seront moins réticents.